Jamais 2 sans 3 passages de frontières !

Notre troisième passage de frontière de Siem Reap à Bangkok nous pousse à nous remémorer les ligne de La Fontaine : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » …

Départ matinal (6h) en direction de la frontière et arrivée prévue à Bangkok vers 15h max, mais cela est sans compter sur la creuvaison simultanée de nos deux pneus arrières sur le trajet vers la frontière!! Un minibus arrive pour prendre le relais et nous voilà séparé! Moi et mon sac dans la première voiture et Charles sur le bord de la route.

1h30 d’attente:

  • pour moi devant le premier poste frontière
  • pour Charles sur le bord de la route, a regarder les gas changer les roues, le long d’une nationale, comme si leur vie valait moins que le business! (Oo)

cambo-bus01

cambo-bus02

…Mais le calvaire n’est pas fini!

Nous traversons un premier poste frontière – PAF tampon de sortie du Cambodge – puis petite marche en plein soleil dans le no man’s land qui a un air de ville Casino – puis au joie 1h30 d’attente pour – PAF tampon d’entrée de la Thailande! A y est, nous sommes de retour en Thaïlande, 2 ans après notre premier passage ici.

20130528-125255.jpg

La différence se fait sentir de suite, routes larges et goudronnées correctement, chauffeur qui se prend pour S. Loeb (quoique c’est courant en Asie du sud est) et des embouteillages de ouf à l’arrivée à Bangkok). Bref, nous arriverons à la nuit tombée et retrouverons un peu nos repères vers Kao San Road, d’ailleurs direction la guest house ou on avait dormi 2 ans plus tôt !

Les bus sont aussi pour Charles l’occasion de tester sa créativité…

20130522-114954.jpg

Publicités

Siem Reap et les fameux temples d’Angkor

Pour ne pas changer de notre blabla habituel le bus fut long long long et en prime pas de clim : il a fait donc fait très chaud! Arrivée éprouvante avec la recherche d’une guest house et une méga coupure de courant (pour une fois qu’on aurait bien utilisé la clim!)- RRR satanée ville touristique!

Farniente

Pour nous remettre de nos émotions nous nous bookons un hôtel avec piscine et nous trouvons un bon italien pour se faire vin et tomates mozza! Je suis comblée!

Le lendemain: piscine et farniente, vous l’aurez compris, les journées bus fatiguantes sont pour nous une bonne excuse pour ne rien faire le lendemain – enfin si finir la trilogie de Hunger Games qui nous a énormement plu et en anglais s’il vous plait ! On était à fond dedans comme qui dirait !

Nous prenons aussi notre temps car FX (coachsurfeur – saison 1 Vietnam) est à Siem Reap dans quelques jours.

Temples – tranquille

Voici notre programme sur les trois jours de temples qui seront entre-coupés d’un jour de pause à chaque fois avec nos préférences ( : AS et : Charles)

1er jour :

  • Banteay Srei
  • Banteay Samre  
  • Pre Rup
  • Banteay Kdei 
  • Ta Phrom (Tomb Raider) ♥ 

2eme jour :

  • Angkor Wat (levé du soleil) 
  • Preah Khan
  • Neak Pean
  • Ta Som
  • East Mebon
  • Prasat Kronon

————–

  • Rolous Group (couché du soleil) : Preah Ko, Bakong

3eme jour :

  • Angkor Vat 
  • Bayon  

Pas facile de se lever à 5h15 du mat pour admirer un levé de soleil (un peu blindé de monde, mais jolie tout de même!)

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

Indiana Jones et Lara Croft n’ont qu’à bien se tenir – on arpente les temples avec notre guide papier à la main, à la recherche des fresques et des dessins cachés qui illustrent la vie de l’époque : amusant et instructif !

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Angkor temples

20130522-112053.jpg 20130522-112015.jpg

Retrouvailles « inattendues »

Lors du retour des temples en tuk-tuk le dernier jour, qui est ce qu’on croise à vélo (quel courage : faire tous les temples en pédalant, déjà rien que de marcher entre les pierres et monter tous les escaliers en plein soleil suffisent à vous faire bien dormir le soir, croyez nous!) … ? Notre couple de Toulousain : Adrien et Lisa. Le rendez-vous est prit pour un petit verre le soir. Plutôt amusant de finir le Cambodge avec eux, alors que nous l’avions commencer avec eux aussi. Le périple a été très différent du notre: ils sont passé par le nord du lac Tonlé Sap, contrairement à nous qui sommes par le sud. Et contrairement à nous ils ne sont pas à la fin de leur périple au Cambodge, mais à la moitié dirons nous. Demain ils renouvellent leur visa en quittant le pays puis en entrant de nouveau. Il faut dire qu’ils aiment prendre leur temps ces Toulousains : pour le Laos ils avaient prit 2 mois et nous 1 seul!

Retrouvailles « programmées »

Le lendemain, nouvelle journée de retrouvailles, mais programmée celle-ci. FX est arrivée et comme à Hanoi on se marre, on se charie et aprés une après midi piscine, il est temps de prendre l’apéro. Deux anciens coachsurfeurs colombiens, qui travaillent dans une association à SiemReap, nous rejoignent. Puis deux de leurs collègues Cambodgiens nous rejoignent et nous emmènent vers un delicieux BBQ Cambodgien à volonté!

MIAM…. Mais avant ça tous en selle : un scoot de nana et un scoot de mecs. C’est parti 🙂

20130522-120310.jpg

Nous passons une soirée au top autour de notre BBQ, où nous faisons tout griller : poisson, viande, tofu, légumes, algues…. en écoutant l’histoire (fascinante) de ce cambodgien de notre âge qui a été moine pendant toute sa jeunesse pour éviter les khmers rouges et qui a quitté son temple à 22 ans pour revenir à Siem Reap et avoir une vie normale!!

Demain au revoir Cambodge et hello Thaïlande!

Les photos sont ici.

Photographies par Charles Gerber.

Kompong Luong, le village flottant

Kompong Luong – le village flottant

Après 2 heures de bus, nous arrivons à Pursat, une des villes les plus proches du fameux village flottant « Kompong Luong », qui paraît il est le plus gros du Cambodge.

Comment y aller?

Maintenant que nous arriver ici, il nous faut trouver un moyen de locomotion pour nous rendre au village flottant, qui est encore à une bonne heure et demi de route. Nous avons entendu dire qu’il était difficile de louer des scooters ici. Nous trouvons donc rapidement un tuk-tuk qui accepte, avec joie (tu m’étonnes, le ga fait la course de sa semaine : on est les seuls touristes!). Mais avant de prendre la direction du village, nous assurons nos arrières et louons une chambre pour le soir (grand confort, pour une bouchée de pain … pour changer).

Le trajet haut en sensations!

Nous embarquons pour le plus long (et flippant) trajet en tuk-tuk du voyage. Le chauffeur emprunte la nationale, que toutes les voitures, et bus, empruntent … à fond!! Le tuk-tuk menace de se renverser, à chaque fois qu’un (vrai) véhicule à 4 roues nous dépasse … Bon j’en rajoute un peu, mais le trajet était très inconfortable, et un peu flippant, allez prendre une nationale dans un pot de yaourt à 3 roues pendant 1h30 et vous allez voir! M’enfin nous avons cette magnifique campagne Cambodgienne pour nous occuper pendant cette longue heure de trajet.

Y a comme une odeur de village flottant…

Au bout d’un moment, notre chauffeur tourne à gauche, pour emprunter un petit chemin de terre au milieu des buffles. Et HOP Anso se sent l’envie de partager son chapeau avec le vent et les buffles, qui s’empresseront de le prendre pour un ballon de foot. Heureusement le gentil chauffeur ira le lui récupérer. Rapidement l’odeur des buffles est remplacer par une odeur tout aussi désagréable : un peu comme une poubelle … nous approchons de notre but : le village flottant!

Embarquement immédiat

Le tuk-tuk s’arrête, nous sommes arrivés à destination. Un petit comptoir, au milieu des déchets à même le sol et des quelques habitations que nous distinguons … étrange, pour le plus gros village flottant du pays, il semble bien petit. La guide parle (à peu près) anglais et nous propose le choix entre 2 formules (marrant qu’ils proposent des « formules » … nous sommes les seuls touristes et semblons perdus sur une autre planète):

  • Naviguer 1h00, uniquement dans la partie « Vietnamienne » du village
  • Naviguer 2h00, dans les parties « Vietnamienne » et « Cambodgienne »

Nous choisissons la 2ème « formule » et embarquons sur un frêle bateau, au milieu du lac du Cambodge : le Tonlé Sap.
Premier stop pour prendre un autre couple de touristes, qui font du homestay dans ce village … SYMPA (il ne faut pas avoir le nez sensible, sur la berge en tout cas).

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Balade au milieu de Kompong Luong

La balade commence et rapidement nous (ne) comprenons:

  • Que notre impression de petitesse du village est normale : les maisons sont en cours de « transfert » plus loin dans le lac. En gros au début de la saison sèche et de la saison des pluies, ils déplacent les maisons de quelques kilomètres.
  • … pas grand chose à notre guide, son anglais est vraiment mauvais, dommage.

Le petit tour est vraiment top et nous ne regrettons pas d’avoir fait demi-tour pour ce village. Ca n’a rien à voir avec tout ce que nous avons vu jusqu’à présent. C’est incroyable comme l’être humain peut s’adapter à son milieu! Il y a de tout dans ce village : garagiste, « supérette », vendeur de glace (non non, pas à manger), réparateur de filets, église, école, centre de secours, station service …
Quel plaisir de voir de nouveau ces chapeaux de riz, typiques des Vietnamiens, se mouvoir partout devant nos yeux. Nous ressentons vraiment la différence de style entre la partie Vietnamienne et la partie Cambodgienne!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

S03E07 – Kompong luong from Charles Gerber on Vimeo.


La surprise du chef

La guide nous emmène un peu plus loin dans le village voir une ferme (très) locale : un élevage d’alligators!! TROP bizarre! Ils élèvent des alligators, juste enfermés par un pauvre grillage, sous leur maison flottante, juste à coté de l’école du village. Les pauvres sont les uns sur les autres avec seulement 30cm de hauteur pour se dégourdir. Je monte sur le grillage avec des dizaines de grosse bêtes bêtes sous mes pieds, « ce ne sont que de gros sac à main sur patte » me dis je pour me rassurer … MOUAIS, je ne fais pas bien le malin!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang


Retour sur la terre ferme

La visite se termine, nous remontons dans notre tuk-tuk, pour 1h30 de trajet, tout aussi inconfortable et peu rassurant qu’à l’aller. Sur la route nous verrons même un jeune, tombé de son scooter, il faut dire qu’il y a de gros trous sur la route. Nous nous arrêtons pour lui donner de quoi nettoyer ses plaies … plus de peur que de mal! Arrivé à la tombé de la nuit à notre hôtel. Nous ne trouvons qu’un tout petit restaurant, qui ne semble pas ouvert pour nous rassasier. Il est temps de dormir, nous ne mettrons pas longtemps, la journée à été éprouvante et demain le bus pour les temples d’Angkor part à 7h00 du matin!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang


BILAN

  • Un village flottant ça pue! En tout sur la berge du lac, au milieu ça va.
  • Quelle force d’adoption de ces peuples Asiatiques … pas étonnant que les Vietnamiens à tant résisté aux Américains pendant la guerre! (Oo)
  • Le tuk-tuk c’est bien, mais pas sur les grosses routes
  • Les sacs à mains, ça pousse dans les villages flottants 😉
  • Encore une nouvelle facette de l’Asie que nous venons de découvrir aujourd’hui

Les photos sont ici.

Photographies par Charles Gerber.

« Bat »tambang

« Bat »tambang

Pour aller de Kampot à Battambang, nous passerons la journée dans le bus:

  • Départ à 7h00 de Kampot.
  • Escale de 2h00 à Phnom Penh, pas suffisant pour visiter de nouveau la ville.
  • Arrivée à Battambang à 20h30! On l’a senti passer le trajet!!

Nous trouvons en 2 min une chambre dans l’hôtel Royal (Hazard Hazard : Nico, notre pote qui avait fait un tour en Asie, 2 ans plus tôt, avait fini dans le même hôtel).

Le lendemain nous décidons de passer une journée tranquille (la journée de bus la veille nous a fatigués), à nous balader dans la ville. Nous découvrons vite que la ville n’a pas un grand intérêt en elle même. Juste 2 temples. Nous rencontrons 2 françaises avec qui nous dînons le soir, dans un restaurant Khmer, et ce coups ci, les plats sont très bons!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Le lendemain matin, c’est LA journée, nous allons visiter les alentours de Battambang, qui semblent elles, sont beaucoup plus intéressantes que la ville. Nous le ferions bien scooter, à notre habitude, histoire de bénéficier la liberté qu’il procure, mais tout le monde nous dit qu’il vaut mieux prendre un tuk-tuk pour la journée, ce que nous faisons.
Nous tombons sur un chauffeur très sympathique qui nous conduira toute la journée.
Alors en TUK-TUK Simone, c’est parti pour la découverte des richesses de la campagne de Battambang!!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

1er Stop : Les plantations de cacahuètes

Durant la saison des pluies, les plantations sont submergées d’eau. Durant la saison sèche, ils récupèrent les terres, que la rivière veut bien leur rendre, pour planter salades … et CACAHUETES.
En prime, nous avons le droit à une vue sur un village installé le long de la rivière, depuis l’autre rive, un angle intéressant.

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

2ème Stop : un temple

Pour être honnête, du temple on en a mangé pas mal, et celui-ci n’est pas vraiment différent des autres, sauf que nous devons y accéder par un énorme pont suspendu. Nous remontons vite dans le tuk-tuk

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

3ème stop : vignes

Et oui! Ils font du vin ici!

4ème stop : le BAMBOU train!

A y est, nous y sommes, nous allons embarquer dans ce fameux bambou train dont tout le monde parle! Le chauffeur nous laisse et va jouer à un jeu avec les locaux, une espèce de jeu d’échec local. Bref, revenons en au Bambou train : il a été utilisé pendant la guerre, sur une ligne de chemin de fer désaffecté, par les cambodgiens, pour se déplacer. Il est plus que rudimentaire : une plateforme de bambou tressé, sous le quel ils mettent 4 roues, avec une simple courroie, sur la quelle le chauffeur appuie pour faire ralentir l’engin.
« Départ imminent du Bambou train en voie 0 » … et là c’est sensations garanties! Le machin va assez vite, et vu qu’on est au raz du sol, on a une bonne impression de vitesse, sans compter sur chaque jointure de rail qu’on sent bien passer (hélé pas de suspensions oblige). Petit détail : à chaque fois qu’un autre véhicule arrive en face, nous descendons de la plateforme, nous démontons l’bordel. Une fois la voie libérée, rebelotte, nous remontons l’engin et embarquons à nouveau.
A l’arrivé du train? Pas grand chose, un mirco-village, bien trop habitué aux touristes, mais toujours sympathiques. Un bon moment passé avec les enfants, qui nous « Bambous marient ».
PS : notre chauffeur a perdu sa partie!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Embarquez avec nous à bord du BAMBOU train from Charles Gerber on Vimeo.

4ème stop : des temples (de style Angkorien)

Notre chauffeur nous dépose, il est temps pour nous de gravir une bonne centaine de marches, pour accéder à un ancien temple de style Angkorien. Pour le coups celui-ci ne ressemble pas du tout aux autres temples que nous avons vu jusqu’à présent. Le temple est très joli, mais Anso est plus préoccupée par la bande de moine qui la draguent … elle leur donnera même son email! ATTENTION petits moines oranges, je vous surveille!!

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang
Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

5ème stop : les killings caves

Après un peu de marche, nous arrivons aux sordides « Killing caves ». Grottes dans les quelles les Khmers rouges « s’amusaient » à exécuter leurs prisonniers. Par exemple ils jetaient les nouveaux nés du haut d’un trou de 10 mètres de haut. Nous ne resterons pas longtemps dans cette grotte, remplie de crânes. Par contre nous nous attarderons plus longtemps sur la vue qu’offrent les hauteurs.

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

6ème stop : le réveil des chauves souris

Le soleil va bientôt se coucher, il est temps de se diriger vers la dernière, et non la moindre « attraction » de la journée : le réveil des « bugs bats » comme ils les appellent, qui sont en fait des petites chauves-souris, mangeuses d’insectes.
Tous les tuk-tuks sont garés au même endroit, et tous les touristes attendent, sans trop savoir exactement à quoi s’attendre, le regard figé sur une grotte perchée bien haut.
Après 10 min d’attente, ça commence, gentiment, puis c’est rapidement l’invasion! Des chauves-souris sortent par millier (peut être même million) de la caverne, dans un sifflement continue! IMPRESSIONNANT! Par contre attention de ne pas se tenir sous le flux des bébêtes, au risque de se faire chier dessus, comme quelques touristes autour de nous!
Le chauffeur de tuk-tuk nous explique qu’elles vont sortir sans arrêts, pendant 1 heure!! Ca en fait des bébêtes!! (Oo)

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Au final, nous avons passé une superbe journée, conduits de points en points dans la magnifique campagne Cambodgiennes, ce qui nous a permis d’admirer le paysage:

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Charles Gerber photographer - Travel - Cambodia - Battambang

Le lendemain, journée tranquille sur Battambang, nous attendons Chris, que nous avions rencontré à Phnom Penh quelques jours avant. Nous profiterons d’un bon repas tous ensemble, pendant qu’il nous expliquera son périple, qui nous semble un peu compliqué. En gros quand nous l’avions rencontré avant, il attendant de pouvoir aller en Thailande, pour rentrer en France. Maintenant il est de retour au Cambodge, pour travailler dans une boulangerie à Battambang, avec des gens qu’il a rencontré … y en a comme ça qui ne se pose pas trop de question et profite juste des rencontres qu’ils font. Bonne philosophie!

Après un long dilemme, nous décidons que le lendemain matin, tôt (comme d’hab), nous prendrons un bus pour faire demi-tour, et aller voir le village flottant de Kompong Luong.

Les photos sont
ici.

Photographies par Charles Gerber.

Kep … la voisine des lapinous

Après plus d’un mois et demi sans plage, nous sommes content de nous diriger vers le sud du Cambodge où nous allons pouvoir nous baigner dans de l’eau salée 🙂

4h de bus plus tard nous voilà débarqués, avec pour le petit détail de l’aventure : aucun distributeur dans le coin!!! Nous et nos 100$ en poche (et oui au Cambodge le seul moyen d’avoir des « riels » est de récupérer de la monnaie des commerçants, les distributeurs ne donnent aux étrangers que des dollars).

Nous décidons donc de partir directement sur l’île des lapins:). En 30 minutes seulement nous voila arrivés dans un petit coin de paradis où bungalows, cocotiers et hammacs cohabitent avec les crabes et les poulets en liberté : et oui faut bien que les Robinson Crusoe que nous sommes, puissent se nourrir. Et, c’est directement du producteur au consommateur, vous voulez manger du poulet : le mecs du resto en course un pour vous faire un plat, vous voulez du crabe au poivre de kampot, on vous montre le crabe vivant dans son petit panier juste au bord de la plage!!

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Cette escapade paradisiaque et rudimentaire (douche au sceau en plein air) fut aussi le début des problèmes intestinaux-éclair – mais quand même fallait bien que ça nous tombe dessus après 2 mois et demi de voyage !

censuré

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Après 2 jours passés sur l’île des lapins, toujours aucun lapinou en vue!! Ils ont probablement donné ce nom à cette île car elle doit ressembler à un lapin de loin (les asiatiques aiment bien voir des ressemblances animales avec îles et les cailloux … mais bon d’habitude c’est un peu plus « sexy », genre « l’île du dragon au 1000 vies » 😉 ).

Retour sur la continent et retour sur notre moyen de transport (et de découverte) préféré : Robert le scooter! Et c’est parti pour une journée au top : visite des plantations de poivre, d’un temple boudhiste caché dans un cirque (formation naturelle de montagnes… les moines ne se cachaient pas derrière des clowns et des troubadours!), de la campagne cambodgienne frontalière du Vietnam… quel bonheur de voir ces chapeaux de riz, caractéristiques du Vietnam et que nous avions perdus de vue depuis maintenant 2 mois.

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Perdu sur ces petites routes, le temps semblait suspendu sauf peut être pour Charles quand j’étais au volant du scoot et que des cochons étaient en plein milieu de la route !! L’équilibre a deux c’est tout un art 🙂

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Nous rentrerons par les rizières et le bord de mer, où nous nous sentirons perdus par moment, l’orientation dans ces cas là c’est pas simple mais quelle joie de passer et d’entendre des « hellos » nous encerclant que les enfants (et les adultes) sont fier de nous « offrir ».

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Charles gerber photographer - Travel - Cambodia - Kep

Après une bonne nuit de repos, dans notre bel hôtel (petit plaisir du moment, après avoir retrouvé de l’argent et dormit sur une île déserte), nous partons pour Kampot, soit 30 minutes dans un bus … vide, on est plutôt habitué à ce qu’ils soient remplits à raz bord!!

Les photos sont ici.

Photographies par Charles Gerber.

Phnom Penh, la capitale

L’arrivée à Phnom Penh a de quoi faire tourner la tête apres 1 bon mois de tranquilité au Laos et dans la campagne cambodgienne! Il fait chaud et lourd, le trafic est dense et nous sommes attendus par un groupe de mecs qui cherchent à nous emmener dans leur hotel, vous comprenez c’est eux les moins cher!! Pfiou gardons notre calme!

Nous nous mettons dans un endroit plus au calme pour appeler notre couchsurfer (et oui, nous tentons de nouveau l’aventure « dormir sur le canap de quelqu’un » vu que la dernière nous avions fait de belles rencontres), et une heure plus tard, nous le retrouvons à une rue de chez lui et là, j’avoue qu’entre le quartier un peu glauque, le fait que nous dormions tous dans la même pièce – que c’est plutôt gênant -de et mon coup de blues du moment, je suis pas ravie ravie.

Premier contact un peu étrange, le ga a l’air sympa, mais un peu bizarre : cette nuit il dormira par terre et nous laissera son lit double, il nous dit que de toute façon il ne dort jamais dans son lit … voyez! SYMPA!! mais BIZARRE!!!! Non?!

Nous laissons nos sacs chez lui (pas bien rassurés, il faut l’avouer), et nous séparons pour l’après midi, lui boulot et nous visite de la capitale avant les funerailles national du roi Norodom Sihanouk qui dureront 7 jours. Ils font pas les choses à moitié ces Cambodgiens!! Au programme de la visite de la « perle de l’asie » le what phnom, le quai Sihanouk et le musée de beaux arts où nous rencontrons Chris, un backpack français comme nous. Apres un peu de culture et d’initiation aux statues des temples d’Angkor avec une guide qui parlait un français tinté de « ting tong » il est l heure de la bière avec notre nouveau copain Chris 🙂

Le soir, nous retrouvons Rata (notre chouchsurfer) et sa bouille rondouillarde pour une teuf avec ses amis. Mais d’abord, il nous emmène tous les 4 (Chris nous accompagne ce soir) dans son restaurant préféré… mouais, le truc est tout blanc avec du carrelage sur les murs! En gros on a l’impression de manger dans un (mini) hopital. Il nous fait goûter ses plats préférés (pas mal et pas cher), et nous dit qu’il rêverait de venir en Europe un jour.
La soirée est en fait dans une guest house avec piscine, et on se rend compte rapidement que notre hôte n’a pas vraiment d’amis, si ce n’est quelques expats, mais pas de locaux … dommage, on aurait préféré une soirée avec des Cambodgiens et pas des Européens. Mais sinon la soirée est sympathique mais avec un DJ un peu trop dub pour nous tous, donc finalement nous rentrons nous coucher rapidement.

Sur la route nous pouvons par ci par là des gas dormir dans la rue devant des boutiques fermées. Rata nous explique que ce sont les « systèmes d’alarme locaux ». En gros les familles riches payent un gentil monsieur pour dormir devant leur magasin et ainsi le protéger (en plein sommeil bien évidemment). Nous arrivons chez lui et nous couchons, lui par terre et nous dans son lit, comme prévu, mais définitivement BIZARRE!

Le lendemain, nous demandons à Rata ce qu’il fait en général le week end (et oui, nous sommes samedi), il nous dit qu’en général il reste à regarder la télé (il est accro aux programmes américains genre the voice tout ça…) , du coups nous lui expliquons gentiment que nous avons d’autres plans pour le week end et que cette nuit nous dormirons finalement en ville (en clair : on se barre en courant, nous ne sommes pas là pour regarder la télé tout le week end). Nous pourrons dire que notre 2ème expérience couchsurfing n’aura pas été un franc succès! Peut être la prochaine fois.

Nous filons donc nous installer dans le sud de la ville plus près des autres monuments à voir. Au programme de cette deuxième journée: le marche central de Psaar Tmay, puis le palais royal qui est malheureusement déjà fermé 😦
Nous tentons la pagode d’argent attenante au palais ou pas … Et oui ils sont très stricts sur l’habillement : débardeur et écharpe ne font pas l’affaire, il faut un vrai tee shirt avec des manches !!! Pour se remettre de ces deux échecs, nous décidons de tester la terrasse du FCC pour une bonne bière et une connexion wifi pour acheter nos billets d’avion pour l’Australie 🙂

Et là bonne surprise sous nos yeux passe une procession de moines qui partent vers le palais nous attend! Des milliers de moines oranges défilent dans le rue, juste sous nos yeux, pour aller se recueillir sur le lieux où sera bientôt présente le corps du roi décédé 1 mois plus tôt (ils attendent aussi longtemps, pour laisser le temps à l’âme de s’échapper du corps)!! INCROYABLE!!! Ce roi semblait vraiment aimé par tout le peuple!

Et sinon comme on dit, jamais deux sans trois donc : échec de l’achat des billets d’avion!! Lol donc on dit merci à papa et maman et à skype sans qui on serait peut être toujours en Asie …

Pour notre troisième jour, nous nous préparons mentalement dès le petit-déjeuner à visiter « Tuol Seng » le musée du crime génocidaire des khmers rouges…. Et bien, l’horreur n’a pas de limite et l’imagination de l’homme est débordante quand il s’agit de faire souffrir! Le musée, qui est en fait une ancienne prison des khmers rouges et très bien fait et l’atmosphère se fait lourde au fur et à mesure que nous avançons dans la visite… Une des meilleures visite du Cambodge, où nous ressentons bien la récente et difficile histoire du pays.

Pour nous changer les idées, rien de telle qu’une petite session shopping au marché russe et dégustation des spécialités à quasi même le sol très folklorique 🙂 Rassasiés, nous nous dirigeons pour une nouvelle tentative vers la pagode d’argent. Cette fois-ci sera la bonne 🙂

Apres toutes ces émotions, il est temps de partir direction la mer et les villes côtières du sud du Cambodge : Kep et Kampot.

Bilan sur la capitale Cambodgienne:
– couchsurfing un peu raté
– dormir dans un quartier glauque chez un bisounours BIZARRE : ça c’est fait
– un peu déçu par la beauté de la ville, que nous avions lue et décrite comme la « perle d’Asie »
– excellent moment lors de la marche des moines : coups de chance que nous ayons été sur un rooftop à ce moment pour bien en profiter
– l’histoire du pays est omni-présent ici, par ci par là nous pouvons même retrouver quelques impacts de balles sur les murs
– un peu comme à Hanoi, cette ville est pleine de vie, ça grouille dans tous les sens (surtout avec le gros évènement en préparation), un vrai bonheur pour les yeux (et les photos 😉 )
– une bonne rencontre : Chris (qui doit retourner dans l’est du Cambodge et que nous rencontrerons de nouveau … dans un nouvel épisode.

Les photos son ICI.

Photographies prises par Charles Gerber.

Banlung and the « welcoming firework »

Comme pour tout passage de frontière on se prépare à avoir une longue journée et celle là ne fera pas exception.

Nous quittons les 4000 îles alors que le soleil commence tout juste sa journée, laissant derrière nous nos 2 supers compagnons (canada and scotland) … comme toujours quand nous quittons un pays une sensation étrange nous prend, entre tristesse (de quitter un pays que nous avons adoré et les personnes avec nous avons passé de bon moments) et excitation (nous démarrons un nouveau pays, nouveau chapitre et l’inconnu de nouveau).

Nous embarquons dans une frêle embarcation (Oh oh! j’ai calé « frêle » … beau gosse non?), direction la frontière Laos – Cambodge. Ils nous débarquent après seulement 30 min de bateau et là le bazar commence. Nous marchons 15 min en plein soleil (qui a maintenant bien démarré sa journée), chargés comme des mules, pour monter dans un bus qui nous est passé devant 30 min plus tôt, vide … Ah, l’organisation à l’asiatique garantie toujours de l’action.

Bref nous embarquons dans un bus qui lui nous conduit à la frontière. Il nous dépose à 500m de la frontière. Quelques chips, fruits et rencontres (un couple de toulousains ayant passé 2 mois au Laos) plus tard, nous passons à pied …. en passant à coté d’un bâtiment flambant neuf … chaque frontière est différente, celle-ci n’est pas banale. Braquage du pistolet sur le front pour la prise de température, comme pour l’entrée au Laos, pas de panique, nous sommes habitués.

A y’est nous sommes au Cambodge.

Nous grimpons dans le même bus que nos amis Toulousains et décidons de les suivre directement à Banlung, tout au nord est du Cambodge.

Après 3 bus, 4h d’attente le long d’une nationale, à jouer à notre fidèle « trou du cul » (pas de panique, c’est un jeu de carte) avec nos nouvelles rencontres: 3 hollandais, les 2 toulousains.

Pendant ce temps là, les cambodgiens jouent aux … petits chevaux sur le bord de la route. Et je peux vous dire que les parties sont animées!

Nous arrivons à Banlung à la tombé de la nuit et prenons, avec notre toute nouvelle bande, la première guest house qui vient.

La ville ne parait pas accueillante, la nuit des chiens errants trainent partout et l’ambiance est plutôt froide. La ville est perdue au milieu de nul part.

Après une journée comme ça, rien de tel qu’un petit burger dans un petit coin de paradis.

Retour, tous ensemble dans la guest house, tous fatigués, nous allons nous coucher. Le bruit est tel dehors que nous utilisons nos compagnons de nuit : les boules quies … Probablement la dernière fois que nous en utiliserons en voyage :

3h00 plus tard (1h00 du matin), quelqu’un tape (fort) à notre porte, nous nous disons que c’est une heure et restons au chaud dans le lit. 3à secondes plus tard quelqu’un tape de nouveau et ponctue tout ça d’un « barrez vous y a l’feu!! »

LE FEU??!!

Nous retirons nos boulettes des oreilles et constatons que sous la fenêtre de notre chambre, un « feu d’artifice improvisé » à lieu : le magasin juste sous notre fenêtre est en flammes, ça explose dans tous les sens, des étincelles volent … BREF, MEGA FLIP.

Nous attrapons rapidement (et grosso modo) nos affaires et sortons directement dans la rue (me concernant, en caleçon).

Donc là il est 1h15 du matin et nous sommes tous dans la rue, avec tout le quartier qui regarde, ou tente d’éteindre la feu! Les pompiers n’arriverons que 30 min plus tard.

Une fois le feu éteint nous récupérons le reste de nos affaires dans notre chambre, renouvelée en aquarium (afin d’éteindre le feu, ils ont branché comme ils pouvaient, des tuyaux dans notre douche)… nos boules quies flottent dans tous ce chaos, nous ne les utiliserons que rarement par la suite.

Nous arrivons à 3h00 du mat dans notre nouvelle guest house. Pas évident de trouver le sommeil après toutes ces émotions.

Le lendemain nous sommes tous KO, et passons la journée au marché local. Notre première impression se confirme: nous ne sommes pas très à l’aise dans cette ville, qui est au beau milieu du « far east » cambodgien, sauf qu’ici nous n’avons pas de cow-boys à cheval, mais des cambodgiens en scooter et des chiens errants.

Le lendemain nous allons voir le fameux lac volcanique. Véritable micro station balnéaire de l’est du Cambodge. Des familles s’installent tout autour du lac pour le pic nic, puis se baignent.

Le lac est magnifique : parfaitement circulaire et entouré de forêt … en plus l’eau est super bonne!! Un père de famille Cambodgien me propose un concours de plongeon, tout se passe bien jusqu’à ce qu’il me sortent un saut périlleux arrière depuis 2m de haut … arf je ne sais pas faire ça moi, mais bon je lui met la misère sur le plongeon, l’honneur français est (presque) sauf.

Le jour d’après, c’est le GRAND moment, nous partons pour un trek de 3 jours dans la jungle!

Nos compagnons sont:

  • 3 rangers (les gardes de la jungle)
  • 1 guide (il se marre tout le temps)
  • nos 2 toulousains
  • notre hollandais
  • 1 suisse
  • 1 irlandaise
  • 1 belge
  • 1 colombiens (qui passera tout le trek dans son coin, un peu flippant!

Lire la suite