Un petit tour en Uruguay

Après un « au revoir » matinal à nos compagnons de routes, nous nous dirigeons vers le terminal de Buquebus. Le passage de frontière est simple et nous embarquons sur un gros catamaran avec dutyfree et flipper… pour 3 heure de traversée sur le Rio de la Plata.

CGP_20140503122229_02

Colonia de Sacramento

A peine débarqués, nous nous mettons en quête de notre auberge de jeunesse. Puis, tous les renseignements pris, nous partons à la découverte du centre historique, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La ville, fondée par les portuguais en 1680, avait pour fonction de par sa localisation, de contrer l’empire espagnole. Disputée pendant un siècle, elle fut perdue par ses fondateurs et offre un mélange des styles portuguais, espagnol et postcolonial.

DCIM117GOPRO

CGP_20140503155349_10

Nous déjeunons en terrasse, à écouter un groupe local dans ce décor pittoresque.

CGP_20140503154016_08

CGP_20140503164530_16

Nous nous perdons dans les petites ruelles à la recherche de cette époque perdue.

CGP_20140503164738_17

CGP_20140503164754_18

Attention cependant de bien regarder où l’on met les pieds, le pavage de la rue n’est pas des mieux réalisés !CGP_20140503201333_22

CGP_20140503201859_23

Montevideo

matebus

Le lendemain, direction la capitale de l’Uruguay!

Après 2h30 de bus, où il semblerait qu’il est interdit de … boire du mate, nous débarquons dans une sublime auberge de jeunesse (Macanudo) et partons à la découverte de la ville si ce n’est un hic. Il est 14h30 et apparement le dimanche tout ferme à 16h!! Ok, nous partons donc vite à la découverte de la féria de Tristan Narvaja, des bâtiments de la rue du 18 juillet et de la fontaine des amoureux.

CGP_20140504163915_37 CGP_20140504165255_01CGP_20140504155505_32CGP_20140504155417_31CGP_20140504152647_24

CGP_20140504153046_27

Ce qui nous frappe ici, outre la forme différente des « mate » (forme fusée comme dirait Charles), c’est surtout qu’ici contrairement à BA, beaucoup se baladent avec leur thermos sous un bras et leur mate dans l’autre.

Pour notre troisième et dernier jour en Uruguay, nous visitons la ville avec un « tour for tips »! Et encore une fois c’est très enrichissant. Nous apprendrons que le nom de la ville aurait deux origines possibles :

  • lorsque les portugais seraient arrivés aux abords de la ville, ils auraient dit « Monte vide eu » qui signifie « je vois une montagne » et la déformation aurait ensuite donné Montevideo
  • lorsque les espagnols seraient arrivés aux abords, ils auraient compté 6 monts et baptisé le lieu « Monte VI de Este a Oeste », soit « les six monts d’est en ouest » et la déformation … Vous connaissez la suite

La ville a d’ailleurs été peuplée grâce à un accord passé entre le pays et les îles canaries. Pour 100 tonnes de nourritures envoyées 10 familles devaient venir s’installer à Montevideo! Bon deal, non? L’architecture de certains bâtiments n’a rien à envie à celle européenne, ni même à Los Angeles, puisque les uruguayens ont leur « walk of fame » où même Mandela est présent.

CGP_20140505112702_41

CGP_20140505123041_47

CGP_20140505113330_42

CGP_20140505120549_44
Après un petit tour au marché, s’achève notre visite de l’Uruguay. Les chutes d’Iguazu nous attendent …CGP_20140505130435_50

La minute politique: José Mujica, le président actuel,  surnommé « Pépé », se distingue par son mode de vie, très éloigné du faste habituel de la fonction présidentielle. Délaissant le palais présidentiel, il habite la petite ferme de son épouse, en dehors de Montevideo. Il continue à y cultiver des fleurs avec son épouse, Lucía Topolansky, à des fins commerciales, et donne environ 90 % de son salaire présidentiel à des organisations caritatives ou pour aider des « petits entrepreneurs », conservant pour lui-même l’équivalent du salaire moyen en Uruguay (environ 900 € par mois). Il vient d’ailleurs au palais présidentiel avec sa petite coccinelle rouge, qu’il possède depuis plus de 20 ans! 

 

Photographies par Charles Gerber.

Publicités